Posté le 4 nov 2012 | Tags:

Bien commencer un projet internet

Chaque concepteur de site internet a certainement une approche et une méthodologie très personnelle permettant de concevoir un site internet pour un client. Il y a des façons plus efficaces que d’autres ; dans cet article je vous propose une approche basée sur mon expérience auprès de grands clients (Télécom, banque, assurances).

Un client vous a contacté pour vous proposer de lui développer son nouveau site. La première entrevue est une étape importante, voir cruciale dans le déroulement du projet. Une partie importante du succès se jouera durant cette phase de préparation. Un élément déterminant sera la communication entre les deux partis. Le client et le webdesigner doivent apprendre à se parler et surtout se comprendre. Chacun vit dans son mode, avec ses propres codes, son propre langage.

Le client n’est pas webdesigner. Ne cherchez pas à le faire entrer dans votre monde, entrez dans le sien. Inutile de lui parler de calques, HTML, CSS ou PHP.

Posez les bonnes questions. Comprenez le métier du client, ses problématiques, ses enjeux. Plutôt que de parler design, posez lui des questions sur son entreprise.

Passez du temps à parler de ceux qui utiliseront le site. Bien que le client paye pour la création du site internet, ce sont les internautes qui vont l’utiliser. Pourquoi en ont-ils besoin et comment vont-ils l’utiliser ? Notre travail sera un échec si les utilisateurs finaux ne sont pas suffisamment pris en compte dans le processus de conception. Assurez vous donc d’avoir des informations pertinentes sur eux.

Ne demandez pas au client de vous montrer des exemples de sites dont il apprécie le design. A ce stade du projet, c’est prendre le risque de l’influencer dans ses choix. Acceptera-t-il ensuite que vous lui proposiez un design complètement différent de ce qu’il vous a montré ?

Après avoir vu ce dont il ne fallait pas parler… De quoi allez vous parler ? De la seule chose importante : le client, son entreprise, ses valeurs, ses produits, ses besoin en marketing internet. Ces réponses permettront de concevoir un site correspondant aux objectifs et aux besoins du client.

Plutôt que d’être passif et attendre que le client vous explique son projet, prenez de l’avance. Avant de le rencontrer, passer un peu de temps à vous renseigner sur son activité, ses concurrents. D’une part vous comprendrez mieux ses besoins et ses objectifs, et d’autre part vous serez en mesure de poser les bonnes questions.

En outre, les connaissances que vous aurez sur le client lui inspireront certainement confiance, montrera que vous vous intéressez à lui. En passant du temps à évaluer ce qui déterminera le succès commercial de son projet, vous lui faites savoir que vous comprenez le projet dans sa globalité. Vous lui montrez que vous êtes intéressés par la réussite de son projet.

Nous devons nous soucier de la réussite du client, notre travail de création de site internet sera une réussite si le projet du client est une réussite commerciale. Si vous êtes surtout intéressés par signer un contrat alors vous devriez sérieusement songer à faire un autre métier…

Bien que le client et le webdesigner ont envie de voir du concret (une maquette du site), ne brulez pas les étapes de préparation. Car aussi beau soit-il, si le site ne correspond pas aux besoins du client, il ne fonctionnera pas. L’ergonomie et la navigation sont tout aussi importants (voir plus!) que son aspect purement graphique.

Posté le 3 nov 2012 |

Le e-commerce se porte très bien

Le chiffre d’affaire des 800 plus gros sites de e-commerce français a progressé de 22% sur un an. Ce constat est global dans presque tous les pays. La part grandissante d’Internet comme canal utilisé par les consommateurs dans leur processus d’achat ne cesse de grandir comme en témoignent les différente enquêtes réalisées depuis plusieurs années.

Sur un an, le nombre de sites marchands actifs a progressé de 23%. Selon la FEVAD (la Fédération de la vente à distance), il s’ouvre plus d’un nouveau site marchand toutes les demi-heures. Cette augmentation est aussi à mettre en comparaison avec la replis du panier moyen, qui retrouvant son niveau de 2009.

Le e-commerce affiche une insolente santé, et nombre grandes marques profites de l’internet pour un nouveau souffle, alors que le chiffre d’affaire de leurs magasins physiques ne cesse de baisser.